mercredi 27 juin 2012

jamais sans saveurs...

en cuisine, je suis une quiche...

et en tant que telle je suis passée par le célèbre "c'est moi qui l'ai fait !" alors que la poubelle de la cuisine regorgeait de boîtes d'une marque de surgelés dont il n'est pas utile de donner le nom mais qui commence par un P...
puis réalisant que mes convives n'étaient pas dupes, achetant eux-mêmes les mêmes boîtes de la même marque de surgelés, je suis restée sur "c'est moi qui l'ai fait" en achetant des mets raffinés chez un traiteur... mets que je m'empressais de remettre à ma sauce pour faire plus "vrai" ... que celle ou celui qui n'a jamais fait exprès de réchauffer un poil trop des coquilles st jacques, une jolie blanquette ou une tarte tatin pour faire "home made" me jette la première pierre.

mais je restais une quiche en cuisine et ma "quicherie" commençait à me coûter d'autant plus cher que mes convives étaient de moins en moins dupes ...
il me fallait donc agir et je suis passée à la phase, "venez dîner mais ce sera sans chichis, un apéritif dînatoire quoi..." ... car l'avantage de cette formule est qu'elle vous permet de ravir vos convives sur la base de recettes goûteuses et faciles à réaliser : verrines, cakes, quiches (!), clubs sandwiches, tortilllas, antipasti, mezze et autres zakouskis sont devenus mes amis.

et pour m'aider dans mes réalisations, je peux compter sur le label Saveurs de l'année pour repérer dans les rayons des produits qui mettent en avant goût, qualité, innovation autant que tradition... bref j'évite les kitchen faux-pas.
le label est attribué après tests "à l'aveugle" de consommateurs comme vous et moi, ce qui donne aux produits testés et approuvés la reconnaissance des papilles :)

grâce à la belle Fifi qui a toujours les bons tuyaux, je suis allée soigner ma quicherie en cuisine et profiter du restaurant éphémère organisé par le label Saveurs de l'année à la Cooking Factory avec la Chef Hermance Carro aux commandes de notre dîner.

au programme...

  • dégustation de vins et initiation à l'oenologie, 
  • dégustation des produits label "saveurs de l'année 2012"
  • quizz culinaire ... et je sais que je ne suis pas prête de devenir MOF même si je connais la composition du Gloubi Boulga, que je sais qui est tonton mayonnaise et que la crevette en papillon est mon amie quand mon poissonnier me propose gentiment décortiquage et préparation de la bête 
  • bonne humeur, convivialité et gourmandise



la Chef Hermance Carro avec Willy Mansion (Saveurs de l'année, Monadia) pour une première "la question du chef" ... qu'est-ce qu'une crevette papillon ? 
vous avez un indice de choix sur la photo de gauche avec une soupe de fenouil et petites gambas ... et c'est avec beaucoup d'abnégation que je n'ai pas léché l'assiette...


un divin dos de daurade accompagné d'une caponata et d'une polenta... 
le sud enchante les papilles à toutes les tables !


et la légèreté d'une pana cotta au basilic sur un coulis de mûre, accompagnée de fraises fraîches pour clore cette soirée gourmande...
mes papilles applaudissent Les Saveurs de l'année et Manuela (aka PouletteBlog)

c'est décidé, je ne serai plus une quiche en cuisine !


vous connaissez le nom du fruit aussi exotique qu'étrange qui est couvert de piquant, orange à l'extérieur et vert gélatineux avec pépin à l'intérieur ?
votre curiosité culinaire et vos connaissances font de vous un panéliste "saveurs de l'année" en puissance !

les bonnes adresses pour ne plus être une quiche en cuisine 

  • avoir sous les mains les produits "saveurs de l'année" en cliquant ici 
  • s'aider de cuisiniers amateurs ou professionnels en cliquant pour profiter de recettes testées et approuvées mais aussi pour proposer et élire des recettes !
  • s'offrir une virée dans le Var de mon coeur et filer droit vers Fayence pour faire fondre son palais de plaisir et faire frémir de bonheur ses papilles au Castellaras de la famille Carro 

et sinon... si mon papy de Hyères était le roi de la sardine grillée aux aiguilles de pin (que j'en aurais mangé sur la tête d'un pouilleux), je suis la princesse de la quiche lorraine :)

samedi 23 juin 2012

Sugar Daze et la vie romantique à Pigalle

j'avais déjà parlé de la belle aventure de Cat à l'occasion d'une
St Valentin qui aurait pu être bien moisie si ses délicieux cupcakes ne s'en étaient pas mêlés, offrant une joyeuse soirée entre filles.

l'histoire de Sugar Daze, c'est l'histoire d'une américaine aussi douée que persévérante dans les méandre de l'administration française et des guerres commerciales...
et ce 23 juin, it's the bake shop's grand opening !

au coeur de la rue Henry Monnier,
une jolie boutique toute de bleu vêtue,
une délicieuse odeur de cupcakes tout frais,
une longue table en bois brut pour prendre un thé,
papoter en français or in english ...
et bien sûr céder à la tentation d'authentiques cupcakes américains !


que dire pour vous faire succomber ?
que les gateaux sont moelleux et légers,
que le topping est une merveille aérienne et sucrée juste ce qu'il faut,
que Cat réalise elle-même non seulement les cupcakes mais aussi les éléments de décoration en pâte à sucre, en chocolat,
que les mariages de saveur sont délicats...
et en photos ?
c'est juste en dessous !

  


my favourite... Kiss Kiss Bang Bang ! (Red Velvet)

SUGAR DAZE
20 rue Henry Monnier
75009 PARIS
M° Pigalle 

Boutique du mardi au vendredi de 11h30 à 18h30
le samedi de 12h à 18h
vous pouvez également passer commande sur la boutique en ligne :)
and in english in the text, un article sur Cat !

et puis une fois ces délicieux cupcakes goûtés, pourquoi ne pas se promener au hasard des rues du quartier dit de la Nouvelle Athènes et terminer sa course au Musée de la Vie Romantique...










le Musée de la vie romantique 
Hotel Schaeffer-Renan
16 rue Chaptal 
75009 PARIS 
M° Pigalle 
pour en savoir plus, cliquer ici !

jeudi 21 juin 2012

no sex at work...mais un amant quand même

votre mère vous l'a dit,
votre meilleure amie vous l'a dit,
Glamour, Biba, ELLE et autres Cosmopolitan vous l'ont dit...
no sex at work !
rencontrer son mari, oui,
prendre un amant, c'est naaaaan !

il y a beaucoup de bonnes raisons pour respecter cette règle et au moins autant d'y déroger...
quelques exemples :

  • le fantasme du photocopieur oui ... mais une partie charnue de votre anatomie qui  se retrouve photocopiée, scannée et e-mailée à tous vos contacts via votre adresse professionnelle parce que le nouveau photocopieur multi-fonctions est connecté à votre ordinateur, c'est noooo way
  • le frisson de l'aventure dans l'open-space quand tout le monde est parti avec le brun ténébreux du 3ème oui... mais réaliser qu'un nombre certain d'habitants de l'immeuble en arrière plan de la baie vitrée sont en train de bénéficier du film du dimanche soir sans cryptage, c'est noooo way
  • se regarder et bloquer l'ascenseur façon "en apesanteur" oui... mais faire une crise d'asthme parce que la lumière s'éteint et que la porte ne veut plus s'ouvrir, c'est noooo way ... et je ne parle pas de la porte qui s'ouvre sur la femme de ménage avec son chariot
  • inutile de s'appesantir sur la douloureuse situation de l'après... quand ce crétin d'amant vous a remplacée par l'asperge du 4ème, celle qui doit sourire quand elle se pince les doigts dans une porte et qui déjeune d'une demi-tomate ... la jalousie ce n'est pas bon pour le teint donc c'est noooo way
et pourtant, j'ai installé mon amant à mon bureau...
car en ce moment mes journées sont longues - une des raisons de mes billets peu nombreux - et ma peau mise à rude épreuve par un régime alimentaire aléatoire et comprenant à minima 4 cafés par jours et autant de tasses de thé.


mon amant est bien installé ....
airbrush concealer teinte "fair" pour illuminer mon regard et effacer les cernes creusés par une loooongue journée
mes chubby sticks d'amour "super strawberry" et "whoppin' watermelon" pour hydrater mes lèvres et leur donner cette petite touche rosée comme si je venais d'embrasser Big  un bel inconnu
mon gloss hydratant "raspberry" pour briller en after-work
et ma poudre chouchou qui apaise, soigne, masque les rougeurs ... mon alliée teint frais !

et un petit tube de crème pour les mains qui sent la guimauve de Miss Ferling :)



vous pouvez retrouver les mini post-it "Get the Hint" dans certains magasins FNAC, sur Amazon, mais aussi sur le so geek site ThinkGeek 
comme toujours, je ne saurai que trop vous recommander un petit tour sur un stand Clinique mais le site internet est aussi très bien ;)
et pour avoir des mains de déesse (et les pieds aussi d'ailleurs), filez chez la délicieuse Miss Ferling !
et vous ? avez-vous un amant au bureau ?



samedi 16 juin 2012

artemisia, l'art et la guerre

le féminisme et moi, c'est l'histoire de deux individus qui s'observent, se jaugent, se rencontrent parfois, se rejettent, ne se comprennent pas ... bref c'est l'histoire d'une rencontre ratée.
du féminisme, j'ai la malheureuse image de femmes vociférantes, parfois un brin hystériques, adoptant des positions radicales et usant de noms de guerre ou d'attitudes qui me laissent perplexe autant qu'elles suscitent de rejet ... "Chiennes de garde" ou "La barbe" sans oublier Femen qui ne me donnent pas envie de suivre le mouvement, je l'avoue... et sans doute car leurs militantes sont bien souvent dans une posture de combattante ou de provocation dans laquelle je ne me reconnais pas.
pourtant, le sexisme ordinaire je l'ai rencontré, je l'ai observé, parfois je le suis rentrée dedans et comme je m'y suis cassée les dents, j'ai fait machine arrière pour adopter une attitude ambivalente qui ne me plaît guère et qui m'oblige à encaisser nombre de petites (ou grosses) remarques sur ma condition de femme, sur mes choix (qui n'en sont pas toujours), sur ma vie.

et puis est venu ce blog, écrire, découvrir, partager... pour reprendre le contrôle de ma vie, cesser d'être ce qu'on a envie que je sois, trouver ma voie, être heureuse et autant que possible rendre heureux.
un matin ce billet a été posté par une peste grande lectrice devant l'éternel mais également féministe éclairée et éclairante ... et j'ai plongé dans Guerrières ! à la rencontre du sexe fort tout en découvrant la vie et l'oeuvre extraordinaires d'Artemisia Gentileschi.

Artemisia Gentileschi aurait pu figurer dans l'essai de Moïra Sauvage comme d'autres grandes figures féminines qui ont inventé le féminisme.
Née en 1593 à Rome, fille du peintre Orasio Gentileschi, Artemisia, fait son apprentissage de peintre dans l'atelier de son père qui la soutiendra dans sa carrière en lui offrant un précepteur privé, Agostino Tassi, alors que l'enseignement des Beaux-Arts est réservé aux hommes.
Violée par Tassi, humiliée par un procès retentissant, soumise à la question, Artemisia verra la vérité reconnue - Tassi sera condamné et exilé - mais restera marquée et beaucoup d'experts notent que la force et la violence présentes dans ses oeuvres sont nourries par cet évènement dramatique.
De fait, Artemisia Gentileschi est une figure féminine extraordinaire dans le domaine de la peinture... libre, elle  a fait fi de toutes les lois (certaines de ses toiles étaient voilées car jugées trop érotiques et/ou violentes pour être présentées), parcouru l'Italie et l'Europe, vivant de commandes et de ses peintures, devenant l'une des peintres les plus célèbres de son époque.



c'est la part de lumière autant que la part d'ombre qui m'ont fait rapprocher l'exposition exceptionnelle (la plupart des oeuvres sont présentées pour la première fois en France) consacrée à Artemisia par le musée Maillol de l'essai de Moïra Sauvage, Guerrières ! à la rencontre du sexe fort.
Car ce n'est pas seulement un essai passionnant sur la place grandissante prise par les femmes dans des places dites masculines comme l'armée, la police, la guérilla, la violence... c'est un jeu de rencontres et de questions qui amène à voir avec un autre regard cette femme qui est un homme comme les autres.

une lecture qui en appelle d'autres,
une lecture pour voir le féminisme autrement et enfin, osez le féminisme !




Artemisia, jusqu'au 15 juillet au Musée Maillol 

vous voulez en savoir plus sur Artemisia Gentileschi ?
le roman "Artemisia" d'Alexandra Lapierre  est une merveille !

pour changer de regard sur le féminisme et les femmes, "Guerrières ! à la rencontre du sexe fort", Moïra Sauvage
aux éditions Actes Sud
si vous aimez l'illustration de couverture, il s'agit de Rosie the Riveter de J.Howard Miller.

et une spéciale dédicace à Lôla ... dont les pesteries quotidiennes n'oublient jamais de rappeler l'importance de la place de la femme dans la société et grâce à qui l'essai de Moïra Sauvage s'est retrouvé dans ma boîte aux lettres puis dans ma pile de lectures :)


samedi 9 juin 2012

je déprime mais St Germain s'illumine...

j'ai "promis"de parler chiffons, chignon et talons... mais j'ai le coeur lourd  et il m'est difficile de trouver le ton léger qui convient pour parler des affres qui submergent une jeune femme qui est invitée à un mariage.

et puis ce matin, le soleil semble incertain et je me dis qu'avec les longues semaines qui m'attendent encore, pas question de travailler même si je suis en retard, même si j'ai une pression constante, même si c'est chaque jour plus dur de passer la porte du bureau et d'ouvrir ma session de travail...
ce blog pourrait bien ne plus exister, parce que j'ai fait confiance, parce que j'ai manqué de prudence, parce que mes interrogations, mes déboires et mes futiles aventures se sont retrouvées exposées dans ma vie professionnelle et que je ne me sens plus libre de ce que j'écris...

alors c'est parti pour une balade vers St Germain des Prés...
alors c'est parti pour des photos... des photos rien que des photos... saurez-vous trouver laquelle de ces photos est sélectionnée pour mon P52 ?

de pleurs en frimes, Paris déprime, St Germain s'illumine,
se fondre à la foule, dans la ville aux rencontres faciles...
et sortir sur le pont des arts...








je crois que je pourrais facilement adopter cette posture...
si j'habitais un tel endroit face à une telle vue ;)


admirer une fois encore le bâtiment art déco de la Samaritaine,
humer une affiche qui sent bon les années 30... avoir une pensée pour une mamie... les îles d'or, Porquerolles, Hyères...


repartir vers St Germain et croiser des célébrités
Miss Tic et ses pochoirs qui interpellent !


 le soleil a beaucoup joué à cache-cache...


et il est temps de faire une pause...
si jamais d'aventure, je recherche l'aventure
Café Paris Le Flore, où tu me dis ... je t'adore...

On Instagram

© nalou's in the air. Made with love by The Dutch Lady Designs.